Les bienfaits du sexe

Avoir une activité sexuelle intense et satisfaisante améliore la santé physique et mentale. Voici quelques avantages scientifiquement prouvés du sexe sur le corps.

Aide à renforcer le système immunitaire

Avoir des relations sexuelles aide les gens à tomber moins malades. Les chercheurs de l'Université Wilkes ont découvert que la salive des étudiants qui avaient des relations sexuelles en moyenne deux fois par semaine contenait 30% plus d'immunoglobuline A (un anticorps qui aide à combattre le rhume et la grippe la plus courante) que les pairs ayant une vie sexuelle moins active ou beaucoup plus intense.

Augmenter le désir sexuel (libido)

Un dicton dit que l'appétit vient en mangeant. C'est la même chose avec le sexe. Avoir des relations sexuelles aidera non seulement à le rendre plus satisfaisant à long terme, mais cela conduira à une augmentation notable de la libido. Le désir grandira avec l'activité sexuelle exercée. Surtout pour les femmes, qui peuvent connaître une augmentation de la lubrification vaginale et de son élasticité: des facteurs qui les pousseront à désirer plus d'activité.

La satisfaction personnelle aide à l'harmonie du couple et génère ou maintient l'amour sentimental élevé.

Vous fait paraître plus jeune

Le plaisir qui vient de l'acte sexuel est un facteur crucial pour préserver la jeunesse, surtout compte tenu des bienfaits dérivés des produits chimiques libérés dans le cerveau. Si 25% de l'apparence juvénile dépendait de la constitution génétique, en fait, 75% seraient plutôt liés aux modèles de mode de vie et de comportement adoptés: parmi ces derniers, avoir des relations sexuelles trois fois par semaine permettrait de conserver une apparence plus jeune également dix ans!

Réduis le risque de maladie cardiaque

Avoir une bonne activité sexuelle est bon pour le cœur. Le cœur bat plus vite, comme dans le sport, et cette activité régule également les niveaux d'oestrogène et de testostérone de manière équilibrée.

Les hommes ayant une vie sexuelle inactive, c'est-à-dire dont la fréquence des rapports sexuels est inférieure à une fois par mois, seraient exposés à un plus grand risque de maladie cardiovasculaire que ceux qui ont des rapports sexuels deux fois ou plus par semaine. C'est le résultat de recherches menées au New England Research Institute et publiées dans l'American Journal of Cardiology.